Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Mon maître et mon vainqueur de François-Henri Désérable

janv./févr. 2022

« Seigneurs, vous plaît-il d’entendre un beau conte d’amour et de mort ? » Le quatrième roman de Désérable aurait pu débuter par l’incipit du Tristan et Iseut de Bédier. C’est la marque d’une littérature qui laisse une large place à l’hybris et à l’expression des passions. Façonné dans la douleur d’une rupture amoureuse, Mon maître et mon vainqueur sublime la fragilité de la condition humaine.

Néanmoins, loin de toute précipitation dans d’excessives emphases, François-Henri Désérable semble se rapprocher d’un lyrisme critique. Son narrateur prend une certaine distance vis-à-vis des jaillissements émotifs du personnage principal, son ami. L’intrigue rappelle le stupéfiant Article 353 du Code pénal, de Tanguy Viel (Éditions de Minuit, 2017). Nous y retrouvons le même juge et une structure narrative similaire. L’entretien entre le juge et le narrateur revient sur la romance torturée de Vasco et Tina. Leur relation est consumée par la confrontation entre raison et passion : peut-on seulement s’abandonner à l’amour ardent d’un amant lorsque l’on est mère et fiancée ? Des rendez-vous clandestins aux amours corporels dans des hôtels littéraires, le narrateur retranscrit chaque instant de cette passion au juge d’instruction, en adoptant une approche métalittéraire du récit : le juge, c’est le lecteur. Mettre en scène celui qui applique le droit revient, implicitement, à convoquer un lecteur-juré. La thé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2021
192 p. 18 €

Mattéo Scognamiglio

Après des études littéraires en hypokhâgne et en khâgne, Mattéo Scognamiglio a rejoint Sciences Po Saint-Germain-en-Laye. Il se destine au journalisme et à l’écriture.

Dans le même numéro

Comment écrire l’histoire des marges ? Cette question traverse l’œuvre de Michel de Certeau, dans sa dimension théorique, mais aussi pratique : Certeau ne s’installe en effet dans aucune discipline, et aborde chaque domaine en transfuge, tandis que son principal objet d’étude est la façon dont un désir fait face à l’institution. À un moment où, tant historiquement que politiquement, la politique des marges semble avoir été effacée par le capitalisme mondialisé, l’essor des géants du numérique et toutes les formes de contrôle qui en résultent, il est particulièrement intéressant de se demander où sont passées les marges, comment les penser, et en quel sens leur expérience est encore possible. Ce dossier, coordonné par Guillaume Le Blanc, propose d’aborder ces questions en parcourant l’œuvre de Michel de Certeau, afin de faire voir les vertus créatrices et critiques que recèlent les marges. À lire aussi dans ce numéro : La société française s’est-elle droitisée ?, les partis-mouvements, le populisme chrétien, l’internement des Ouïghours, le pacte de Glasgow, et un tombeau pour Proust.