Alketa Xhafa-Mripa, Thinking of You
Flux d'actualités

Handke n’a donc pas changé

Peter Handke ne s’est jamais départi de la théorie de l’équilibre des victimes.

La cérémonie est terminée. Le grand écrivain n’aura donc eu à Stockholm ni la lucidité des regrets, ni le courage de l’hommage aux victimes. Le roi de Suède Carl XVI Gustaf a remis le prix Nobel de littérature 2019 à Peter Handke et ce dernier a fait le discours qu’attendait l’académie, comme si de rien n’était, et surtout, comme si de rien n’avait jamais été. Ni ceux qui manifestaient devant l’académie en souvenir des victimes, ni la démission de l’écrivaine Gun-Britt Sundström contre l’idée que la littérature puisse être placée au-dessus de la politique, ni le boycott des cérémonies par Peter Englund, écrivain et historien, ancien secrétaire perpétuel de l’Académie suédoise, qui a déclaré que célébrer le prix Nobel de Peter Handke aurait été pure hypocrisie de sa part, n’y ont rien changé. Englund a couvert les conflits des Balkans pour la presse suédoise dans les années 1990 et, contrairement à Handke qui revendique le doute, il connaît la réalité de la guerre.

Lors de la conférence de presse, qui s’est déroulée la veille de la remise du prix, Handke a répondu avec mépris au jour

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !