Flux d'actualités

La tolérance condamne-t-elle au relativisme?

Entretien avec Daryush Shayegan

septembre 2007

#Divers

Cet entretien est paru initialement dans un supplément à la revue Esprit de novembre 2001.

Daryush Shayegan, ancien professeur d’études indiennes et de philosophie comparée à l’université de Téhéran, ex-directeur du Centre iranien pour l’étude des civilisations, a publié en France plusieurs essais dont le Regard mutilé, Paris, Albin Michel, 1989, rééd. La Tour-d’Aigues, l’Aube, 1996; Qu’est-ce qu’une révolution reli­gieuse?, Paris, Albin Michel, 1990; la lumière vient de l’Occident, La Tour-d’Aigues, l’Aube, 2001.
Qu’est-ce qu’une révolution religieuse ?, un livre paru en 1990, montrait que la terreur de la révolution khomeiniste était liée à une double indétermination. Le peuple iranien, son élite, ne vivait plus selon la tradition, mais n’était pas pour autant entré dans la modernité. L’intolérance –le caractère terroriste de cette révolution– n’était-elle pas liée à cette double perte d’identité?

Daryush Shayegan Avec les événements iraniens de 1979, nous voyons pour la première fois en Iran la religion entrer dans l’arène des idéologies. Avant la révolution, la religion était un refuge face à une monarchie autocratique mais laïque. Les oulémas avaient cette position très ambiguë d’être à la fois avec et contre le pouvoir. La monarchie et le clergé représentaient les deux pôles de la société iranienne. Dans la tradition chiite iranienne, on les appelait les deux chatons d’une même bague.
Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Isabelle Albaret

Diplômée d'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris, Isabelle Albaret intervient auprès d'institutions privées et publiques, de think tanks et fondations internationales en tant que conseillère éditoriale. Elle a récemment participé à l'édition, pour la partie dictionnaire, de l'ouvrage collectif Jérusalem (Robert Laffont, coll. "Bouquins", 2018).…

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…