Game of Thrones, HBO
Flux d'actualités

Game of Thrones : une série transgressive ?

En mettant l’accent sur les dangers de la tyrannie, Game of Thrones soulève la question du fondement de la souveraineté politique.

Un engouement planétaire, un budget colossal, une avalanche de récompenses, tout ce qui touche Game of Thrones semble frappé de démesure. L’ultime saison de la fiction télévisée a suscité la polémique la plus retentissante. En témoigne la pétition lancée par des fans réclamant une réécriture de la saison 8 qui a recueilli plus d’un million de signatures. Au-delà des incohérences scénaristiques et des maladresses narratives, le reproche que les pétitionnaires adressent aux deux showrunners, David Benioff et D.B Weiss, est d’avoir cédé aux sirènes de l’académisme. Leur procès en incompétence s’enracine dans le sentiment qu’ils n’ont pas respecté le pacte initial passé avec le spectateur, fondé sur la transgression des conventions de la fantasy. La fin de la série, marquée par une aspiration à la réconciliation et à la rédemption, s’inscrit dans la plus pure orthodoxie hollywoodienne. Sur le plan philosophique, GOT connaît la même inflexion. Tout le travail des auteurs a consisté à tempérer le pessimisme radical qui gouverne les premières saisons. Le message distillé est qu’il est possible de vaincre ces mau

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Pigoullié

Critique de cinéma, il est notamment l'auteur de Le rêve américain à l'épreuve du film noir (Michel Houdiard, 2011).