Flux d'actualités

Rectify : le syndrome du couloir de la mort

novembre 2014

#Divers

L’argument de Rectify est tiré de l’actualité judiciaire américaine la plus brûlante : accusé du viol et du meurtre de sa petite amie, Daniel Holden, dont les aveux à l’âge de dix-neuf ans ont pesé lourd dans la peine de mort prononcée à son encontre, est libéré après vingt années passées en régime d’isolement à la suite de la découverte, à la faveur d’une nouvelle expertise, d’un ADN inconnu sur la scène de crime.

 

Lors de la conférence de presse organisée à sa sortie de prison, l’ex-détenu tient des propos déconcertants. Plutôt que de clamer haut et fort son innocence, il livre un discours embrouillé sur sa difficulté à s’adapter à sa nouvelle condition. Le principal mérite de cette scène inaugurale est d’annoncer le double suspens narratif sur lequel est construit Rectify : à l’épais mystère entourant sa culpabilité s’ajoutent les soupçons pesant sur sa capacité, après deux décennies dans le couloir de la mort, à pouvoir recommencer une vie nouvelle. Le créateur de cette série,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !