Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Les « mouvements » sont-ils démocratiques ?

octobre 2017

#Divers

L’année 2017 a-t-elle sonné la fin des partis politiques ? Les derniers atermoiements de l’actualité l’ont prouvé : les mouvements prolifèrent au détriment de leurs homologues partisans. A commencer évidemment par En Marche !, officialisé le 6 avril 2016, et La France insoumise, portée par Jean-Luc Mélenchon dès le 10 février 2016. D’autres ont rejoint le cortège : au début de l’été, Benoît Hamon quittait le Parti socialiste pour se consacrer au développement de son Mouvement du 1er juillet, soit un mois après Anne Hidalgo, qui lançait Dès Demain le 1er juin au soir. Le 21 septembre dernier, c’était au tour de Florian Philippot de claquer la porte de son parti pour se consacrer à son groupe Les Patriotes, nouveau concurrent du Front national. Et de préciser sur LCI, le 29 septembre : « C’est une formation politique […], pas un parti. Juridiquement un parti, mais ce n’est pas un parti parce que nous ne voulons justement pas faire comme les partis traditionnels, très hiérarchiques, où tout part d’en haut. » Sur le site de La France Insoumise aussi, la distinction est nette : il s’agit d’un « mouvement citoyen » pour agir collectivement « sans affiliation obligée à un parti politique ».Tous ont en commun cette méfiance superstitieuse du parti politique, et préfèrent les termes de « groupe », de « rassemblement », de « mouvement ». Mais il n’est pas certain que cette substitution résolve les

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !