Dans le même numéro

Faut-il abandonner l'euro ?

mars/avril 2014

#Divers

Les discours prônant la dissolution de l’euro fleurissent actuellement dans les médias et le phénomène devrait s’amplifier à l’approche des élections européennes. Ce n’est pas étonnant, car il faut reconnaître que l’Union monétaire européenne (Ume) n’est plus crédible. Après dix ans de convergence économique, la crise financière a précipité la fragmentation monétaire. S’il semble évident qu’une entreprise américaine emprunte à un taux semblable qu’elle soit basée en Californie ou dans le Vermont, dans la zone euro, on emprunte en 2013 à Porto pour le triple du taux d’Amsterdam. La monnaie unique est de plus en plus souvent accusée d’être une cause majeure d’instabilité et de stagnation économique. Parce que l’euro est le fruit de compromis techniques et liés à des intérêts nationaux, il est facile à discréditer. Le discours anti-euro prend racine dans la désillusion vis-à-vis du collectif européen et de l’impuissance des gouvernements face aux marchés financiers.

Une sortie de l’euro est-elle souhaitable, voire inéluctable ? Une dissolution de l’Ume et une reprise du contrôle national des monnaies rétabliraient-elles la stabilité et la croissance ?

Le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !