Dans le même numéro

Joseph Ki-Zerbo : le Savant, le Politique et l'Afrique

août/sept. 2007

Disparu l’année dernière, l’historien et homme politique Joseph Ki-Zerbo a tracé les voies d’une compréhension de l’histoire africaine sur la très longue durée. Ce texte d’hommage est aussi une réflexion sur la capacité de l’Afrique à surmonter ses conflits internes et à reconnaître son unité, un programme autant philosophique que politique.

À la famille Ki-Zerbo

L’Afrique existe. Mais il est rare qu’on la rencontre. J’ai eu ce privilège grâce à l’historien et homme politique burkinabè Joseph Ki-Zerbo. C’est en lisant son Histoire de l’Afrique noire1, à vingt ans, que j’ai découvert « le Professeur », comme on l’appelle en Afrique. Quelques mois plus tard, j’ai eu l’honneur de le connaître personnellement en organisant avec lui une conférence sur « les rapports historiques de l’Afrique et du monde arabe2 ». En décembre 2004, je lui ai rendu visite à Ouagadougou où, le temps de quelques semaines à ses côtés, je rencontrai l’Afrique. Il a été mon maître et, puisqu’il m’appelait son « petit-fils », je crois pouvoir dire qu’il a été aussi mon « grand-père ». Quand j’ai appris sa

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !