Dans le même numéro

Et maintenant, la Cour suprême

Suspicion de violences sexuelles, « procès en moralité », luttes partisanes, « pacte cynique » entre les élus Républicains et Donald Trump : la confirmation de Brett Kavanaugh comme neuvième juge de la Cour suprême des États-Unis a consacré les dysfonctionnements actuels des institutions américaines.

La confirmation de Brett Kavanaugh comme neuvième juge de la Cour suprême des États-Unis, samedi 6 octobre, est venue clore une séquence politique particulièrement tendue et révélatrice du dérèglement des institutions et des normes démocratiques aux États-Unis.

«C’est un vrai cirque», a déclaré Brett Kavanaugh aux sénateurs qui recueillaient son témoignage en réponse aux accusations de harcèlement sexuel formulées quelques jours plus tôt par Christine Blasey Ford. En effet, à observer le déchaînement des passions de part et d’autre pendant tout le temps qu’a duré la procédure de confirmation, il fallait lutter contre une sensation de vertige. Pour les commentateurs « libéraux » dans le sens américain du terme, c’est-à-dire de gauche, Brett Kavanaugh était le type même du mâle blanc privilégié et dominateur que dénonce le mouvement #MeToo ; dans les talk-shows de Fox News et parmi les conservateurs, il était au contraire la victime innocente d’une chasse aux sorcières inspirée par les soutiens de Bill et Hillary Clinton, prêts à tout pour traîner un honnête homme dans la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Anne-Lorraine Bujon

Anne-Lorraine Bujon est rédactrice en chef de la revue Esprit depuis janvier 2016. Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée d’anglais, elle a étudié puis enseigné la littérature américaine, avant de se spécialiser dans l’animation du débat d’idées. Également chercheur associé à l’Ifri, elle s’intéresse en particulier aux questions d’histoire politique et...

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.