Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Le tribunal spécial irakien et le procès de Dujail

février 2007

Le tribunal spécial irakien et le procès de Dujail

C’est à l’aube, dans une salle de la caserne des renseignements militaires de Khadamiyah, au nord de Bagdad, que la trappe de la potence s’est ouverte sous les pieds de Saddam Hussein. C’en était fini de l’ancien tyran. À l’annonce de sa mort, des manifestations de joie ont éclaté du sud, dans la ville sainte chiite de Najaf, jusqu’au nord, à Erbil, la capitale du Kurdistan d’Irak. Mais si, pour le Premier ministre irakien, ce verdict « marque la fin d’une période noire », le temps de l’apaisement et de la réconciliation n’est pas encore venu. La communauté sunnite irakienne dans son ensemble, bien au-delà des derniers partisans du Raïs déchu, a en effet vécu l’exécution comme une humiliation, voire une déclaration de guerre.

Le déroulement de l’exécution a jeté la consternation et soulevé des critiques dans les pays à majorité sunnite, dont l’Égypte et l’Arabie saoudite. Le président du Parlement jordanien considère que la date de l’exécution, le 30 décembre, soit le premier jour de l’Aïd-el-Adha (fête du sacrifice qui, dans le calendrier sunnite, débute un jour avant les chiites), « visait à heurter délibérément la sensibilité arabe et musulmane ». De quoi alimenter la fabrique des mart

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Garapon

Magistrat, juge pour enfants, il a fondé l'Institut des Hautes Etudes sur la Justice (IHEJ), où il observe les mutations de la place du droit dans nos sociétés. Il anime sur France culture une émission consacrée à la pensée juridique, « Le Bien commun ». Il a développé sous le même nom une collection d'ouvrages, aux éditions Michalon, qui permettent de présenter des auteurs qui, sans être…

Joël Hubrecht

Membre du comité de rédaction d'Esprit. Responsable de Programme (Justice pénale internationale / Justice transitionnelle) à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (Hachette, 2009). …

Dans le même numéro

Quelle mémoire de l'esclavage ?
Les Antillais de métropole et le malheur d'être partis
La mémoire coloniale, vue de la Martinique et de la Guadeloupe
Politique de la mémoire : l'interdit et la commémoration