Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Bled number one, de Rabah Ameur Zaïmeche

juillet 2006

#Divers

Expulsé de France, le héros de Bled Number One, le deuxième long-métrage de Rabah Ameur Zaïmeche, arrive au village dès l’ouverture de la fiction. Dans les derniers plans du précédent film, Wesh, Wesh… il était poursuivi par un policier et visé par un coup de feu. Bled Number One peut donc, comme le film l’affiche, se situer « avant ou après » Wesh, Wesh… La précision est d’importance : elle introduit la possibilité d’un dyptique dont les volets seraient interchangeables. Autant dire que le personnage de Kamel (interprété dans ces deux films par le réalisateur lui-même) qui, dans Wesh, Wesh… vivote reclus dans la cité de Montfermeil sous le coup de la double peine, pourrait être à nouveau revenu du bled : Rabah Ameur Zaïmeche ouvrirait ainsi le cycle infernal d’allées et venues d’un personnage beur errant entre la France et l’Algérie, installant une instabilité constitutive, liée à l’impossibilité pour le héros de trouver sa place dans aucune des deux sociétés. La fiction mettrait alors en scène une des apories de notre société, la question de la biculturalité des personnes immigrées en provenance des anciennes colonies françaises. À ceci près que Bled Number One est un film et pas un dossier et que, de ce fait, sa force de questionnement est différente.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !