Joe Biden, photo de Gage Skidmore | Wikimédia
Dans le même numéro

La « gauchisation » du Parti démocrate

septembre 2020

Le Parti démocrate américain se présente comme le parti de la norme morale face à la corruption du président Trump. Mais il vire à gauche aussi, avec une tendance socialiste et une tendance antiraciste. Joe Biden saura-t-il en faire la synthèse ?

L’évolution au cours des dernières années du Parti démocrate – et plus généralement de la gauche américaine – peut se comprendre selon deux grilles de lecture différentes, correspondant chacune à des courants, des sociologies et des stratégies distincts. On peut considérer que le Parti démocrate, du moins depuis 2016, est essentiellement réactif par rapport au phénomène Trump. Ou bien son profil actuel peut être compris comme le résultat d’une série d’évolutions idéologiques, sociales et démographiques de longue durée et essentiellement indépendantes de l’élection de Donald Trump, même si celle-ci a pu accentuer ces tendances ou infléchir leur courbe.

Les modérés : contre l’« exception » Trump

Pour certains Démocrates, il s’agit avant tout d’insister sur le caractère exceptionnel et irrégulier de l’épisode Trump. À commencer par son élection : le 45e président, après tout, n’a été élu qu’avec 46,1 % des suffrages, contre 48,2 % pour Hillary Clinton. Sa victoire n’est due, selon eux, que du fait d’un collège électoral donnant un avantage injustifié aux &E

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michael C. Behrent

Historien américain, spécialisé en histoire de l’Europe contemporaine et notamment en philosophie politique française.

Dans le même numéro

Selon ce dossier coordonné par Carole Desbarats et Emmanuel Laurentin, les institutions culturelles sont confrontées depuis quelques temps à des enjeux que l’épidémie de coronavirus a rendus plus aigus encore. Alors même que le confinement a suscité une forte demande de culture, beaucoup de ces institutions sont aujourd’hui face à un tournant. À lire aussi dans ce numéro : Trump contre l’Amérique, des élections par temps de pandémie et des jeunes sans bercail.