Dans le même numéro

Quand la crise devient la norme

décembre 2012

#Divers

Repère

Quand la crise devient la norme

À propos de…

• Myriam Revault d’Allonnes, la Crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Le Seuil, coll. « La Couleur des idées », 2012, 197 p., 19,50 €.

La crise est un fait, le fait majeur de notre temps : objet de multiples analyses rationnelles, support de notre impuissance et de notre angoisse, élément de langage. La crise semble dire notre réalité, mais l’usage constant du terme produit nécessairement des généralisations abusives et risque de venir obscurcir cela même qu’il a vocation à décrire. La crise, qui se définit comme une situation d’exception, en est venue paradoxalement à désigner la norme de notre état.

Se dessine ici une urgence philosophique à laquelle Myriam Revault d’Allonnes fait droit dans ce livre : il faut interroger radicalement le concept et chercher ce que ses usages inédits viennent dire de notre rapport spécifiquement contemporain au monde ; comprendre le statut actuel de la crise, dans ses dimensions anthropologique, ontol

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Carole Widmaier

Professeure agrégée de philosophie à l’université de Franche-Comté, elle a notamment traduit et édité Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ? (Seuil,2016).

Dans le même numéro

Notre revue, 80 ans après "Refaire la Renaissance"

La culture classique et l'avenir des langues

L'éducation et les émotions démocratiques selon Martha Nussbaum

Une approche humaniste du débat sur la technique