Carole Widmaier, Nuit des idées 2019
Dans le même numéro

Qu'est-ce qu'un événement ?

Au-delà de son traitement superstitieux comme signe et de son traitement savant comme phénomène, l’événement présente d’abord un sens qui requiert de l’imagination conceptuelle et une pluralité de perspectives. Tel est, par exemple, le totalitarisme pour Hannah Arendt : une expérience de la désolation.

Un même fait, une tempête par exemple, peut être considéré au moins de trois manières : en tant qu’il est ce qui a lieu, il est un phénomène ; en tant qu’il est ce qui m’arrive, il est un événement ; en tant qu’il est ce qui m’est destiné, il est un signe[1]. Or les différents faits, plus ou moins marquants, qui adviennent au cours de l’existence individuelle ou collective, qui composent ou constituent cette existence, sont toujours d’abord vécus sur le mode de l’événement : leur simple considération, ou leur simple reconnaissance, qui fonde la possibilité de les intégrer à un récit, suppose en effet qu’ils arrivent à quelqu’un (et pas seulement qu’ils aient lieu). Je prends en considération la tempête parce qu’elle a détruit ma maison.

Signe et phénomène

À cet égard, le traitement d’un événement comme phénomène et son traitement comme signe relèvent, par différence avec la réception pure de l’événement en tant que tel, de deux démarches, de deux pas de côté. Le traitement comme signe (la tempête est une punition divine) consiste à le voir comme

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Carole Widmaier

Professeure agrégée de philosophie à l’université de Franche-Comté, elle a notamment traduit et édité Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ? (Seuil,2016).

Dans le même numéro

Dans un dossier sur « Le soulèvement algérien », coordonné par Hamit Bozarslan et Lucile Schmid, Esprit salue un mouvement non violent de revendication démocratique qui vise à en terminer avec un régime autoritaire et corrompu. Le souci de dignité permet aux Algériens de renouer avec leur conscience historique. À lire aussi dans ce numéro : un entretien avec Karol Modzelewski, un hommage à Pierre Hassner et une philosophie de l’événement.