Dans le même numéro

La transmission au défi du numérique

mai 2018

#Divers

 

Le jeune court plus vite, mais le vieux connaît le chemin[1].

Ce que l’on appelle «la révolution numérique» fait désormais l’objet, de la part des responsables politiques du monde éducatif, de la plus vive sollicitude. Longtemps, et alors même que notre environnement quotidien lui était déjà largement subordonné, l’École s’est tenue à l’écart de l’objet informatique, malgré quelques initiatives, vite laissées en friche. La transmission, finalité de l’institution, qui consiste à présenter «notre monde» aux nouvelles générations, était déjà pourtant largement en crise : crise des humanités, présentisme, atrophie de la mémoire, désintérêt pour la lecture. Le moins que l’on puisse dire est que l’École, durant ces années, n’a pas contribué à intégrer dans la culture générale une révolution numérique dont elle fait volontiers aujourd’hui son slogan salvateur[2]. C’est une étourderie dont

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Cécilia Suzzoni

Professeure honoraire de chaire supérieure au Lycée Henri IV, Cécilia Suzzoni est la fondatrice et présidente d'honneur de l'Association le latin dans les littératures européennes (ALLE). Elle a notamment dirigé, avec Hubert Aupettit, l'ouvrage Sans le latin (Fayard, 2012)

Dans le même numéro

À l’occasion de la rétrospective consacrée à Chris Marker par la Cinémathèque française, le dossier de la revue Esprit revient sur les engagements de celui qui en fut un collaborateur régulier. Propres à une génération forgée par la guerre, ces engagements sont marqués par l’irrévérence esthétique, la lucidité politique et la responsabilité morale. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Louis Chrétien sur la fragilité, les défis du numérique à l’école et les lectures de Marx en 1968.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection de textes écrits par Chris Marker dans Esprit entre 1946 et 1951 : Chris Marker, cinéaste-chroniqueur