Dans le même numéro

Le rapport Attali 2

décembre 2010

#Divers

En son temps, j’avais formulé des critiques au sujet de la commission Attali1. Le titre, « La libération de la croissance », était simpliste. Ce thème, repris régulièrement depuis le rapport Rueff-Armand, est d’inspiration libérale : il suffirait de « desserrer les freins », de supprimer des entraves, et la croissance suivrait automatiquement. Ce qui était largement vrai en 1960, après des dizaines d’années d’économie dirigée, est beaucoup moins pertinent aujourd’hui.

La méthode du catalogue, 316 recommandations, autour de vingt décisions « fondamentales » supposées formées un bloc cohérent et édictées sans consultation préalable, était inefficace. Que peut faire un gouvernement de plusieurs centaines de mesures disparates à mettre en œuvre dans un calendrier resserré ?

Enfin, la compilation et le « fourre-tout » aboutissaient à des dispositions manifestement peu étudiées et contestables. Contrairement à l’époque Rueff-Armand, les commissions ne disposent plus du temps nécessaire pour un travail sérieux. J’attends le jour où de hautes personnalit�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !