Dans le même numéro

Mondrian : la ligne et le cadre

janvier 2016

#Divers

L’exposition « Piet Mondrian Die Linie » organisée dans le cadre des Berliner Festspiele 2015 en partenariat avec le Gemeente Museum Den Haag va à l’essentiel. Il ne s’agit pas d’une écrasante rétrospective, mais d’un parcours d’étape, organisé en forme de L : on voit d’abord la (bonne) peinture figurative, des paysages, des campagnes hollandaises massives, des ciels prêts à renverser au crépuscule l’ordre du jour. S’opère une décantation progressive par des stades moins séduisants de symbolisme coloré, avant d’arriver de nouveau à un langage propre. Puis, au coude du L, le visiteur aperçoit au fond d’une suite de trois salles le point de fuite de l’ensemble, la Composition de lignes et couleur III de 1937. C’est exactement où l’on veut procéder. Couleur est au singulier. Le dépouillement a progressé. Restent les lignes qui font composition. Le stade de l’œuf est lui aussi abandonné en chemin, comme une peau d’une ancienne mue.

Les tableaux de cette dernière salle proviennent des années 1920, à l’exception de ce point de fuite à la seule couleur qui est de 1937. Vu de loin, ce dernier fascine doublement : une fenêtre vient stabiliser la vue, qui émerge d’une échelle de ligne et d’une grille heure

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Denis Thouard

Directeur de recherche au CNRS (Centre Georg Simmel / Centre Marc Bloch), il a récemment dirigé, avec Bénédicte Zimmermann, Simmel, le parti-pris du tiers, (CNRS, 2018).

Dans le même numéro

Terrorisme, dissidence urbaine, frappes de drones : nous sommes confrontés à des violences sans fin qui dissipent l’illusion d’un monde apaisé. Peut-on réinscrire ces violences dans un horizon de sens commun ? Avec les textes d'Antoine Garapon, Hamit Borzaslan, Carole Desbarats, Olivier Mongin et Michaël Fœssel. Lire aussi le débat sur la publication de Mein Kampf.