Dans le même numéro

Érasme en Allemagne

novembre 2019

Le 30 juin 2018, la fondation Desiderius Erasmus a été reconnue comme fondation officielle proche du parti AfD (Alternative für Deutschland). Les fondations politiques reçoivent des fonds publics quand le parti dont elles sont proches a pu faire par au moins deux fois son entrée au Parlement (Bundestag).

La fondation Erasmus est la septième à pouvoir prétendre à des subventions fédérales, qui s’élevaient à 581 millions d’euros pour 2017. Ces moyens sont répartis en fonction des sièges des différents partis. En janvier 2019, l’AfD était le troisième parti représenté à l’Assemblée après l’alliance CDU/CSU et le SPD. Avec quatre-vingt-onze sièges, il devance les Libéraux, Die Linke et les Verts. Les moyens qu’il peut espérer pour sa fondation ne sont donc pas négligeables. Bien que critiquant le mode de faire des « vieux partis » (Altparteien), l’AfD devrait se résoudre à bénéficier de ces subsides.

Quelle est la fonction des fondations ? Œuvrer à la culture politique du pays en fonction de l’orientation politique du parti affine. Il ne s’agit pas directement de propagande, mais d’une forme de lobby culturel (et politi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Denis Thouard

Directeur de recherche au CNRS (Centre Georg Simmel / Centre Marc Bloch), il a récemment dirigé, avec Bénédicte Zimmermann, Simmel, le parti-pris du tiers, (CNRS, 2018).

Dans le même numéro

Suite à la crise des Gilets jaunes, ce dossier, coordonné par Jean-Louis Schlegel et Jacques-Yves Bellay, décrit une France en archipel de bassins de vie : certains fragiles et relégués, d’autres attractifs et dynamiques. À lire aussi dans ce numéro : la révolution tunisienne, la tragédie du Venezuela et l’esprit du christianisme.