Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La Grèce oubliée

septembre 2016

C’était il y a à peine plus d’un un an mais on l’a déjà oublié : le 5 juillet 2015, le soir du référendum qui donnait tous pouvoirs au nouveau Premier ministre de dire « non » aux exigences européennes, Yanis Varoufakis déboulait en teeshirt vert sur sa moto, sourire aux lèvres. L’histoire semblait s’être remise en marche sur un scénario qui laissait imaginer qu’une autre Europe était possible. Ce moment suspendu faisait suite aux nuits de folie pendant lesquelles les dirigeants européens menaçaient le gouvernement Syriza mené par Alexis Tsipras d’un Grexit qui mettrait la Grèce à genoux. Ces soirs-là, tout était grave et même gravissime. Les flashs d’info se succédaient : l’Europe était au bord du gouffre et ce petit pays en était responsable.

Mais l’intrigue a tourné à la tragico-médie : les directs enflammés des chaînes d’information ont pendant une semaine personnalisé l’enjeu à outrance. La stratégie politique se résumait à un jeu de caractères : « Hollande aime-t-il Tsipras ? Pourquoi Merkel ne l’aime-t-elle pas ? » Un soap opera politique et médiatique se jouait sous nos yeux à Bruxelles tandis que les reporters à Athènes filmaient les queues devant les distributeurs de billets.

V

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Emmanuel Laurentin

Membre du comité de rédaction d'Esprit. Diplômé en histoire et en journalisme, il crée en 1999 l'émission La Fabrique de l'histoire sur France Culture, qu'il a animée et produite jusqu'en 2019. Pour rendre compte des enjeux contemporains dans un débat d’idées quotidien, il anime aujourd'hui Le temps du débat, toujours sur France Culture.…

Dans le même numéro

L’avenir de la gauche

Ce dossier de rentrée est consacré à l’avenir de la gauche : non pas l’avenir électoral incertain de partis moribonds, mais le projet de société que les amis de l’égalité sont encore capables de nous faire espérer. Ce dernier doit affronter le défi de la mondialisation, à rebours du déni souverainiste et du renoncement néolibéral, en s’inspirant des dynamiques de la société civile.