Dans le même numéro

Éditorial – Ceux qui nous ressemblent

par

Esprit

La situation en Syrie est dramatique. Sur le terrain tout d’abord, où l’on estime que le conflit a fait près de 300 000 victimes et déplacé des millions de Syriens. Catastrophique aussi pour les millions de migrants qui errent de par le monde (dont 10 000 enfants disparus en Europe). Terrible, car Daech, qui occupe une partie du territoire syrien, a procuré au terrorisme « spirituel » une cause, des armes et une base dans le monde. Tragique, car elle pousse les États démocratiques soit à se défausser en se retirant sur la pointe des pieds comme les États-Unis, soit à se refermer sur eux-mêmes en construisant des murs, soit à mettre de côté leurs valeurs au nom de la lutte antiterroriste. Scandaleuse enfin d’un point de vue moral, car elle accorde un avantage décisif à la barbarie contre la civilisation, à ceux qui ne répugnent pas à massacrer leurs populations, à les gazer et à bombarder les écoles contre ceux qui s’efforcent de respecter le droit.

L’État de barbarie et ses soutiens

Il ne s’agit plus en effet d’une guerre civile, mais d’une guerre internationale contre les civils. Pour qui connaît la Syrie, ce n’est pas nouveau (songeons au massacre de Hama en 1982, qui a fait plu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Esprit

Dans le même numéro

Pour son numéro double de mars-avril, la revue consacre le dossier central à la question des colères. Coordonné par Michaël Fœssel, cet ensemble original de textes pose le diagnostic de sociétés irascibles, met les exaspérations à l’épreuve de l’écriture et se fait la chambre d’écho d’une passion pour la justice. Également au sommaire de ce numéro, un article de l’historienne Natalie Zemon Davis sur Michel de Certeau, qui reste pour le pape François « le plus grand théologien pour aujourd’hui », ainsi que nos rubriques « À plusieurs voix », « Cultures » et « Librairie ».