Dans le même numéro

La France à quatre vitesses

par

Esprit

Le « redressement productif » dessine-t-il une stratégie pour l’économie française ? La visite à la porte des usines en difficulté est un exercice politique à haut risque : négliger d’y aller, c’est esquiver ses responsabilités ; arpenter les chantiers, casque sur la tête, auprès des ouvriers inquiets, c’est souvent s’exposer à promettre plus qu’on ne pourra tenir. D’où un sentiment de scepticisme devant des opérations de la dernière chance qui soulignent, à leur insu, en intervenant si tard, une impréparation collective.

La redécouverte de la question industrielle nous renvoie à une géographie bien particulière, qui n’est pas exempte de clichés, en braquant les projecteurs sur les lieux en difficulté, liés à la révolution industrielle du charbon et de l’acier (sidérurgie, raffineries, usines automobiles…), plutôt que sur les secteurs en développement. Mais les ouvriers qui se battent pour leur site de production n’ont pas tort de penser que, quel que soit le discours macroéconomique sur l’avenir du secteur industriel en général, leur territoire leur offre peu d’opportunités.

En effet, comme le rappelle le géo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !