Dans le même numéro

Quand le privé devient public

par

Esprit

Avec la mise en ligne sur le blog du Nouvel Observateur d’un sms concernant la vie privée de Nicolas Sarkozy, le sempiternel débat sur les rapports de la vie privée et de la vie publique a été ravivé. Mais, en dépit de la réaction du milieu de la presse, ulcéré qu’un président au-dessus de tout soupçon, car protégé pénalement contre toute action judiciaire, intente un procès à un hebdomadaire, rares sont les blogueurs et les professionnels de la presse qui ont défendu le principe de cette publication.

Cette fois-ci, le sentiment est partagé que la ligne jaune a été franchie par un magazine culturel de gauche dont l’histoire n’est pas honteuse et non pas par l’un de ces magazines pipoles de bas étage que l’on feint de regarder avec mépris sur les présentoirs des kiosques à journaux. Cela n’est pas sans conséquences. Si la méfiance envers la représentation politique ne s’est guère réduite après une année de présidence Sarkozy, il n’est pas sûr que le quatrième pouvoir médiatique sorte plus glorieux de cette phase de pipolisation outrancière de la presse et de la politique. Il ne suffit pas de voir dans Nicolas Sarkozy à la fois une victime et un coupable au sens où c’est lui qui aurait commencé à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !