Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La sollicitude. La nouvelle donne affective des perspectives féministes

janvier 2006

#Divers

Alors que les tâches de soin sont souvent confiées à des femmes, ou prises en charge par elles, une réflexion s’est développée aux États-Unis autour des éthiques du soin (care). Faut-il croire que des capacités proprement féminines sont mises en jeu par le soin ? Existe-t-il une éthique féministe de la sollicitude ?

Il existe actuellement, à l’intérieur du monde académique anglo-saxon, dans des disciplines aussi diverses que la philosophie, la psychologie ou la sociologie, des tentatives pour faire de l’affectivité le ciment de la morale. Il s’agit, plus spécifiquement, de mettre l’accent sur des sentiments qui organisent le rapport à autrui sur le mode du soin ou de la sollicitude. Les valeurs de confiance, d’attention et d’amour pour des êtres particuliers caractérisent des relations morales dans lesquelles l’investissement affectif est important. Les relations humaines valorisées sont alors celles qui passent par l’interdépendance, par l’attention à la vulnérabilité ou par la protection des plus faibles. Ces élaborations théoriques fécondes aboutissent à ce que nous pourrions aisément nommer une nouvelle donne affective. Elles font intervenir un concept fondamental, celui de care, extrêmement difficile à rendre en français car il couvre à la fois les termes de sollicitude, soi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !