Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Le féminisme et le libéralisme. En marge des Lumières

août/sept. 2009

#Divers

La promotion libérale de l’espace public et de l’autonomie a procédé à l’exclusion des femmes hors de la sphère de compétence politique. Vouée au domaine privé, et réduite à la minorité, la voix des femmes semble absente des Lumières. Certaines thématiques féministes, fondées sur la revalorisation de la sollicitude, permettent de faire entendre cette voix. Une manière, aussi, de découvrir d’« autres Lumières », plus attentives aux dépendances et à la sensibilité.

Les Lumières ont pu valoir comme le berceau du féminisme et du libéralisme tant elles ont promu l’égalité de droits, la valeur individuelle de l’autonomie et la possibilité d’une liberté par le marché. Cette idée reçue peut en même temps buter contre une autre : le féminisme s’est largement enraciné dans une approche critique du libéralisme. Alors, existe-t-il des féminismes qui permettraient d’envisager des points de rencontre avec telle ou telle forme du libéralisme et faut-il considérer, sur ce point, les Lumières comme un tournant ou un moment essentiel ? Existe-t-il une actualité des Lumières dans le féminisme ?

Le terme de « libéralisme » est forgé au début du xixe siècle mais on peut en faire la généalo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !