Dans le même numéro

Injustice et reconnaissance

juillet 2008

#Divers

Que revendique-t-on, dans le monde du travail, quand on demande une « plus grande reconnaissance » ? Derrière une multitude d’attentes, trois valeurs servent à se justifier : l’égalité, le mérite et l’autonomie. Or, ces trois principes entrent souvent en contradiction dans les situations pratiques. Comment arbitrer ? C’est à une théorie de la justice (et non de la reconnaissance) qu’il revient de faire le partage entre des revendications à la fois légitimes et contradictoires.

Le vocabulaire de la reconnaissance et du mépris s’impose aux acteurs sociaux comme le commun dénominateur d’une vaste palette de souffrances sociales. Cette observation n’est pas anecdotique et signifie, pour le moins, que les injustices sociales sont aujourd’hui vécues par chacun comme une atteinte à son identité, à sa propre estime, à sa capacité d’agir et de se sentir pleinement membre d’une société. En fondant une posture critique sur cette expérience et les pathologies sociales qui la constituent, non seulement Honneth voit juste d’un point de vue sociologique, mais il fonde une critique immanente dont le point d’appui normatif est moins une conception a priori de l’histoire, de la raison ou de la communication, qu’une expérience f

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !