Dans le même numéro

Le conflit sans fin des intermittents

juillet 2014

#Divers

Il faut remonter à 1936 pour trouver l’origine du régime des intermittents du spectacle, destiné alors aux seuls techniciens et cadres du cinéma. Les réformes seront nombreuses et aboutiront progressivement à l’extension du régime aux artistes et techniciens du spectacle. Celui-ci, qui renvoie aux annexes 8 et 10 de l’assurance chômage, est revu par les partenaires sociaux tous les trois ans ; cette renégociation est le moment de tous les dangers, avec à la clé la menace de l’annulation de représentations, notamment lors des festivals d’été.

En 1992, Jean-Pierre Vincent rédigeait déjà un rapport sur les intermittents. Depuis lors, les rapports ont succédé aux rapports, un ministre a dû démissionner devant le courroux des intermittents1, la Cour des comptes s’en est mêlée, et la situation semble inextricable. En 2012, la Cour publiait un état des lieux assassin, soulignant que le déficit représentait un tiers de celui du régime de l’assurance chômage.

Un dispositif qui s’est complexifié et étendu au fil du temps

Le régime est destiné aux artistes et

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Françoise Benhamou

Ses travaux sur l’économie de la culture donnent un regard aigu et très informé sur les secteurs de l’édition (voir notre numéro spécial « Malaise dans l’édition », juin 2003), du cinéma et du numérique. Cette connaissance des mécanismes économiques nourrit aussi son analyse critique de la politique culturelle française, en ce qui concerne aussi bien les musées, la démocratisation des publics que…

Dans le même numéro

La génétique est-elle inhumaine?

Le grand marché du séquençage

Le pari hasardeux de la médecine prédictive