Dans le même numéro

Space Invader rencontre King of Kowloon

août/sept. 2011

#Divers

Dans une ancienne station électrique reconvertie en lieu de création et d’exposition, l’artiste de rue Space Invader a posé sa millième mosaïque représentant un personnage de jeu vidéo des années 1980, et rendu publics à cette occasion ses procédés de fabrication et d’« invasion1 ». Né en 1969, cet homme, qui reste anonyme et « rapte » les journalistes en plein Paris pour leur accorder un entretien dans son atelier de banlieue, a couvert les murs de la capitale de ces invaders dont il dresse ensuite la carte2.

Dans la tradition du street art, il opère de nuit, masqué, emportant dans une vieille voiture ses mosaïques de couleur et une colle qui résiste aux chapardeurs. Il dit avoir commencé en 1996, par simple désir de « faire prendre l’air » à ses compositions, puis avoir entrepris en 1998 de poser systématiquement celles-ci en des lieux choisis de la ville, où elles attirent le regard et détournent la signification du lieu. Sur son site internet3 sont affichées les différentes villes du globe où il a repris ce procédé : Londres, Aix-en-Provence, Anvers, Montpellier,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Frédéric Keck

Frédéric Keck est un historien de la philosophie et anthropologue français. Après son entrée au CNRS en 2005 il a effectué des enquêtes ethnographiques sur les crises sanitaires liées aux maladies animales. Il dirige le Laboratoire d'anthropologie sociale depuis le 1er janvier 2019. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Avian Reservoirs (Duke University Press Books, 2020). …

Dans le même numéro

Les paysages de Claude Lévi-Strauss

L'anthropologue, l'espace habité et la mondialisation

De la déception politique à l'écologie négative

Tristes tropiques, le Brésil et l'islam