Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Timon Studler
Photo : Timon Studler
Dans le même numéro

Maître et esclave de la vitesse : le tachysanthrope

juin 2008

Qui est « l’homme de la vitesse » ? Les moeurs et les idées de cet individu qui vit en accéléré restent à découvrir : ses objets préférés, sa manière d’agir, ses repères temporels. Sans précipitation, ce premier portrait esquisse une manière d’être qui est déjà la nôtre.

Le tachysanthrope n’est pas un homme préhistorique, ni un personnage de science-fiction, le tachysanthrope est notre contemporain. Sommes-nous tous des tachysanthropes et jusqu’à quel point ? Ces premiers repères apporteront un début de réponse à la question.

La question

Si nous reconnaissons qu’aujourd’hui la vitesse n’est plus seulement la mesure du déplacement mais qu’elle est devenue la définition du présent, alors il faut que nous soyons capables de percevoir le nouveau rythme des événements et de nous y adapter, en sachant l’épouser, le maîtriser ou lui résister. La présence de la vitesse, la recherche de l’accélération créent un monde où domine la tachynomie, autrement dit, la vitesse devenue norme1.

Sommes-nous plus que jamais dans la conception moderne du temps ? Pour Pascal, l’homme par nature est toujours insatisfait du présent. Mais il serait, cette fois, de plus en plus prisonnier de son présent. Donc de plus en plus insatisfait ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Gil Delannoi

Spécialiste de l'histoire des idées et de la pensée politique (CEVIPOF, Sciences Po Paris), il se consacre aux formes de délibérations démocratiques, sans se limiter à la sphère institutionnelle parlementaire. C'est pourquoi il travaille sur le sujet du tirage au sort comme nouvelle pratique démocratique. Il s'inquiète aussi de l'accélération des sociétés contemporaines et de ses effets sur notre…

Dans le même numéro

Le monde à l’ère de la vitesse
Le sentiment d'accélération de l'histoire
Changement technique : peut-on ralentir ?
Tyrannie du présent et dévalorisation de l'avenir