Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Le coup d'État raté en Turquie

septembre 2016

#Divers

Le 15 juillet 2016, la Turquie a été le théâtre d’un coup d’état avorté aussi sanglant qu’irréel, qui fit près de trois cents victimes. La riposte du régime du président Erdogan, qui accusa d’emblée Fethullah Gülen (né en 1941), prédicateur en exil aux États-Unis, d’être le principal responsable du putsch, fut tout aussi impressionnante : un tiers des généraux et amiraux du pays, ainsi que 20 000 autres personnes sur 40 000 mises en garde à vue, furent arrêtés et quelque 80 000 fonctionnaires limogés. Plusieurs milliers d’associations, fondations, syndicats, journaux, chaînes de télévisions et universités furent interdits ou dissous, les biens de centaines d’entreprises soupçonnées de proximité avec la communauté de Gülen saisies, et leurs dirigeants incarcérés.

Cette organisation, que d’aucuns comparèrent par le passé à l’Opus Dei, n’a pas d’existence juridique, mais elle est fortement hiérarchisée, et a su développer depuis la fin des années 1970 une stratégie de conquête efficace des ministères régaliens du pays. Alliée du gouvernement Akp (Parti de la justice et du développement) dans les années 2000, elle lui apporta ses principaux cadres bureaucratiques et technocratiques. La décennie suivante, cependant, fut placée sous le signe d’une guerre fratricide entre les deux partenaires, qu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hamit Bozarslan

Directeur d'études à l'Ehess, il est notamment l’auteur de l'Histoire de la Turquie de l'Empire à nos jours (Tallandier, 2015) et de Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015 (Cnrs, 2015). Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit. 

Dans le même numéro

L’avenir de la gauche

Ce dossier de rentrée est consacré à l’avenir de la gauche : non pas l’avenir électoral incertain de partis moribonds, mais le projet de société que les amis de l’égalité sont encore capables de nous faire espérer. Ce dernier doit affronter le défi de la mondialisation, à rebours du déni souverainiste et du renoncement néolibéral, en s’inspirant des dynamiques de la société civile.