Dans le même numéro

Devenir sociologue en 1968. Petite topographie physique et morale des lieux de la sociologie en ce temps-là

Petite topographie physique et morale des lieux de la sociologie en ce temps-là

La sociologie est considérée comme la discipline universitaire la plus impliquée auprès de la contestation étudiante. En retraçant son itinéraire de la Sorbonne à Vincennes puis à Nanterre, Jacques Donzelot peint un tableau moins univoque : les programmes de recherche, les conflits d’école, les équilibres politiques réduisaient considérablement l’impertinence et la créativité de la recherche. L’imagination au pouvoir ?

S’il est une discipline dont le nom se trouve associé à Mai 68, c’est bien la sociologie. On en connaît la raison, à savoir le rôle qu’eurent les étudiants de sociologie à Nanterre dans le déclenchement des événements. Mais l’effet que produisit Mai 1968 sur ladite sociologie paraît moins connu. Certes, il fut l’occasion de sa promotion, attestée l’année même par la seule capacité des sociologues à produire une analyse de l’événement qui avait surpris tout le monde et qui les avait eux-mêmes, dans un premier temps, déstabilisés. Les superbes analyses de Michel Crozier (dans l’ouvrage du club Jean Moulin intitulé Que faire de la révolution de mai ?) et

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Donzelot

Le titre universitaire de "sociologue" est réducteur pour donner l'idée d'un travail de réflexion sur le social (voir son classique sur l'Invention du social. Essais sur le délcin des passions politiques) et la manière de "faire société". Cette interrogation passe par l'analyse des questions sociales au sens large (travail, protection, intégration…) mais surtout de la ville, des banlieues, des…

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français