Dans le même numéro

De la ville industrielle à la ville des flux

mars/avril 2013

La construction des grands ensembles, les « cités » de banlieue, est liée à une certaine conception, fonctionnelle, de l’urbanisme. Mais, à l’heure où les flux prennent le pas sur les lieux, ces grands ensembles apparaissent totalement caducs. La rénovation urbaine peut-elle suffire à reconnecter les populations aux villes centres, et à leurs opportunités ?

L’anomalie que constituent les grands ensembles dans le paysage de nos villes aurait bien, selon les urbanistes en charge de leur rénovation, une explication valant excuse : la situation d’urgence où se seraient trouvés leurs prédécesseurs lorsqu’on leur a demandé, à partir des années 1950, de construire des logements pour satisfaire les besoins d’une population qui se déplaçait massivement vers les villes pour profiter du boom industriel de l’après-guerre. Mais pourquoi a-t-on recouru à cette formule urbanistique quasi unique du grand ensemble ? Pourquoi retrouve-t-on celle-ci, déjà, dans les constructions de l’entre-deux-guerres, comme avec la cité Loucheur de Strasbourg, édifiée au début des années 1930, mais encore et toujours dans les dernières productions de masse, comme la cité Hautepierre, également à Strasbourg, qui date du début des années 1970

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Donzelot

Le titre universitaire de "sociologue" est réducteur pour donner l'idée d'un travail de réflexion sur le social (voir son classique sur l'Invention du social. Essais sur le délcin des passions politiques) et la manière de "faire société". Cette interrogation passe par l'analyse des questions sociales au sens large (travail, protection, intégration…) mais surtout de la ville, des banlieues, des…

Dans le même numéro

Le vote protestataire, la maison individuelle et la voiture

Pourquoi devenir périurbain ? Toulouse, Lyon, Strasbourg…

La banlieue, entre rêve américain et mythe politique français

Réorganiser le territoire : le défi de la démocratie urbaine