Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Position – De quelle politique « l'égalité des territoires » est-elle le nom ?

août/sept. 2012

#Divers

L’apparition de ce nouvel intitulé ministériel fait-elle signe d’une volonté conséquente de modifier l’action publique ou s’agit-il d’un simple exercice rhétorique destiné à restaurer le prestige d’un secteur gouvernemental suscitant le doute quant à son efficacité ? La question se pose particulièrement avec ce ministère de l’Égalité des territoires et du Logement dont Cécile Duflot s’est vue confier la charge. L’expression d’« égalité des territoires » est inédite, frappante par sa forte résonance républicaine. Mais à quel dessein renvoie-t-elle exactement ?

Du fait de son association avec le sujet du logement, cette nouvelle thématique peut signifier le souci de veiller à un accès plus égalitaire au logement dans les grandes villes à un moment où la montée des prix de location dans le domaine privé et l’insuffisance du locatif social tendent à faire de celles-ci des territoires réservés aux seules populations aisées. Une lecture que confirme la première mesure prise par ce ministère, qui consiste justement en une limitation de la hausse des loyers dans les quarante villes de France où ils ont quasiment doublé durant les dix dernières années. Mais, si telle est bien sa raison d’être, ledit ministère aurait épuisé, aussitôt né, le champ de son action.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Donzelot

Le titre universitaire de "sociologue" est réducteur pour donner l'idée d'un travail de réflexion sur le social (voir son classique sur l'Invention du social. Essais sur le délcin des passions politiques) et la manière de "faire société". Cette interrogation passe par l'analyse des questions sociales au sens large (travail, protection, intégration…) mais surtout de la ville, des banlieues, des…

Dans le même numéro

Le travail, la décolonisation et la pensée du malheur

Camus, Orwell, Levinas, Blanchot: lectures croisées

Le sentiment du tragique et le goût de la beauté