© DR
Dans le même numéro

Une nouvelle Terre, de Dominique Bourg

Desclée de Brouwer, 2018, 240 p., 16,90€

De même qu’elle a déjà produit ses effets en théologie (et au plus haut niveau) avec l’encyclique Laudato si’, la crise environnementale touche peu ou prou l’édifice de la philosophie et l’oblige à prendre le tournant écologique. « Crise environnementale » veut dire au premier chef époque de ­l’Anthropocène, celle où les atteintes de l’environnement sont arrivées à un degré tel qu’elles paraissent désormais irréversibles, alors que les multiples applications de l’intelligence artificielle détruisent la vie privée et les liens interpersonnels et participent du délitement de la vie démocratique. Comment en est-on arrivé à ce « désordre déprimant » ?
La réflexion de Dominique Bourg ne consiste pas à refaire le parcours critique de la philosophie (occidentale) de la « maîtrise », qui a abouti à cet irréparable dévoiement. Il a été fait, et bien fait, par l’École de Francfort et d’autres. Sa question porte plutôt sur ce qu’il faudrait penser ou repenser aujourd’hui pour changer le regard et la relation avec le « milieu » extérieur, qui nous accueille avant d&rsq

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur.   Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...

Dans le même numéro

Nous sommes les témoins du retour de la clôture politique (fascismes, racismes, exclusions) et d’un discours qui réduit la société ouverte au marché. Dans ce contexte, il est urgent de relancer l’ouverture réelle, comme y invitent Camille Riquier et Frédéric Worms après Bergson, ainsi que les auteurs d’un riche abécédaire critique.