Dans le même numéro

Reconfigurations ultramodernes

L’opposition entre religion et modernité laisse désormais place à une situation « post-séculière » où se combinent pluralisme, choix personnel et recherche du sens.

Les sociétés européennes se caractérisent aussi bien par une hypersécularisation que par certaines formes de reconfigurations du religieux. C’est l’indice, selon nous, que l’on sort d’un certain cycle structuré autour de l’opposition entre religion et modernité au profit d’un autre, que nous qualifions d’ultramoderne. C’est à l’exploration de cette importante mutation que ce texte est consacré.

Une Europe post-chrétienne et post-séculière

La désaffiliation des Européens par rapport au religieux institutionnel est particulièrement frappante, notamment chez les jeunes. Dans le Pèlerin et le converti1, Danièle Hervieu-Léger a particulièrement souligné cette mutation contemporaine des formes de la religiosité et la dissémination des phénomènes de croyance.

Contr

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Paul Willaime

Directeur d’études émérite à l’Ephe, il a notamment dirigé La nouvelle France protestante (Labor et Fides, 2011) et Le Défi de l’enseignement des faits religieux à l’école (Riveneuve, 2014).

Dans le même numéro

L'Europe au bout de la sécularisation
La vague évangélique et pentecôtiste :
Amériques, Afrique, Asie…
Puissances de la foi, séductions du marché
Les pièges de l'Un : par-delà la foi et l'athéisme