Photo : Duy Hoang
Dans le même numéro

Du religieux autrement

Les chiffres confirment une réduction de la base sociale du christianisme en Europe. Mais il est difficile de parler de déclin tant l’appartenance religieuse connaît des mutations : elle relève de plus en plus d’un choix personnel, s’affirme par une fierté identitaire et devient multiculturelle.

Le christianisme, première religion en nombre (31 % de la population mondiale, devant l’islam qui en représente 24 %) est-il en déclin[1] ? En Europe occidentale, selon diverses enquêtes et même s’il faut apporter plusieurs nuances, c’est manifestement le cas. Mais remarquons d’entrée de jeu que si, en 1910, 66 % des chrétiens vivaient en Europe, en 2010, soit cent ans après, ce n’était plus le cas que de 26 % des chrétiens. Le destin du christianisme est donc aujourd’hui plus lié à son évolution en Afrique, dans les Amériques et en Asie qu’à son évolution en Europe.

Deuxième remarque préliminaire : si, en France, on perçoit le christianisme essentiellement à travers son expression largement majoritaire dans notre pays, à savoir le catholicisme, à l’échelle mondiale, le christianisme, c’est 50 % de catholiques, 37 % de protestants, 12 % d’orthodoxes et 1 % d’autres chrétiens. Il faut donc prendre garde à ne pas évaluer l’évolution du christianisme à l’aune du seul catholicisme même si, et particulièrement en Europe occidentale, celui-ci en est l’expression la plus importante.

Troisième remarque enfin

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Paul Willaime

Directeur d’études émérite à l’Ephe, il a notamment dirigé La nouvelle France protestante (Labor et Fides, 2011) et Le Défi de l’enseignement des faits religieux à l’école (Riveneuve, 2014).

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.