Dans le même numéro

Le Burundi n’est pas un nouveau Rwanda

janvier 2016

#Divers

La tentation est grande de confondre la situation actuelle du Burundi avec la tragédie du génocide des Tutsi au Rwanda. Pourtant, malgré la similitude des langues et la présence du clivage hutu-tutsi dans les deux sociétés, le Burundi n’est pas un autre Rwanda.

Occasions manquées

À l’indépendance en 1962, la question « ethnique » ne se posait pas. Mais le voisinage géographique et culturel du Rwanda ne pouvait que se faire sentir : le populisme racial opposant « le peuple bantou » (les Hutu) et « les féodaux hamites » (les Tutsi), qui a inspiré la révolution rwandaise de 1959, a gagné le Burundi. Après les massacres de 1963-1964 au Rwanda, les vagues de réfugiés ont entraîné une véritable contagion idéologique, nourrie de peurs et d’ambitions rivales. Avec le putsch hutu d’octobre 1965, la « catastrophe » de 1972 et la crise d’août 1988, les massacres se multiplient1. Le meurtre du président hutu Melchior Ndadaye par des officiers tutsi en octobre 1993, cinq mois après son élection, donne lieu à une nouvelle vague de violences2.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Pierre Chrétien

Historien, spécialiste de l'Afrique des Grands Lacs.

Dans le même numéro

Terrorisme, dissidence urbaine, frappes de drones : nous sommes confrontés à des violences sans fin qui dissipent l’illusion d’un monde apaisé. Peut-on réinscrire ces violences dans un horizon de sens commun ? Avec les textes d'Antoine Garapon, Hamit Borzaslan, Carole Desbarats, Olivier Mongin et Michaël Fœssel. Lire aussi le débat sur la publication de Mein Kampf.