Photo DR
Dans le même numéro

Un nouveau départ pour la relation transatlantique ?

L’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis est l’occasion de repenser la relation transatlantique sur de nouvelles bases. Mais elle ne mettra pas fin aux tensions commerciales et aux divergences stratégiques que l’administration Trump a exacerbées.

Le 20 janvier 2021, c’est un homme doté d’une connaissance très fine de l’Europe qui entrera à la Maison Blanche. Le nouveau président des États-Unis est en effet l’un des derniers représentants d’une génération de patriciens de la vie politique américaine dont les liens avec notre continent, tant personnels que culturels, sont extrêmement forts. Ancien président de la puissante commission des affaires étrangères du Sénat, Joe Biden a toujours suivi de près les soubresauts qui ont marqué l’histoire européenne. Lors des guerres qui ont ensanglanté l’ex-Yougoslavie au cours des années 1990 ou, plus récemment, au moment du conflit en Ukraine, il a joué un rôle clé dans la réponse apportée par Washington à ces crises. Le 46e président des États-Unis est donc un homme profondément attaché à la relation transatlantique.

Cependant, ce serait une illusion de penser que l’élection de Joe Biden marquera le retour à une relation transatlantique dépourvue de zones d’ombre et de frictions. Certes, Donald Trump a, par ses excès, son agressivité et sa méconnaissance des enjeux géopolitiques, exacerbé et suscité de multiples tensi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jérémie Gallon

Jérémie Gallon est directeur général pour l’Europe du cabinet de conseil géopolitique McLarty Associates. Il enseigne également les questions internationales à Sciences Po.

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».