Notes de lecture

Dans le même numéro

Our Man de George Packer

juil./août 2020

Le 11 décembre 2010, Richard Holbrooke se rend à la Maison Blanche dans l’espoir de s’entretenir avec Barack Obama. Mais le président américain, qui n’a jamais apprécié la grandiloquence et l’ego surdimensionné de celui qu’il a nommé à contrecœur son envoyé spécial pour l’Afghanistan et le Pakistan, refuse de le recevoir. Blessé dans son orgueil, usé par ses épuisants allers-retours entre Kaboul et Washington, Holbrooke se rue alors au département d’État où l’attend Hillary Clinton. À peine l’a-t-il rejoint que son visage devient rouge et ses jambes se mettent à trembler. Quelques instants plus tard, à quelques mètres du bureau de la secrétaire d’État, ce bureau qu’il a, toute sa vie, rêvé d’occuper, le vieux lion de la diplomatie américaine s’effondre. Son aorte vient de se déchirer.

Dans la magnifique biographie qu’il lui consacre, George Packer, longtemps journaliste au New Yorker avant de rejoindre The Atlantic, revient sur le parcours d’un homme dont la vie se confond avec un demi-siècle de diplomatie américaine. Pour Packer, qui a mené plus de deux cent cinquante entretiens et s’est appuyé sur la correspondance et les journaux

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Random House, 2019
608 p.

Jérémie Gallon

Avocat, Jérémie Gallon est diplômé de l'Université Harvard et d'HEC. Spécialiste des questions européennes et de droit international, il s'intéresse de près aux Balkans où il a notamment travaillé pour la Banque Mondiale.

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.