Mouvement des mères de la place de Mai. Museo Nacional de Bellas Artes
Dans le même numéro

Sorties de conflit : toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?

janv./févr. 2019

A partir des années 1970, notamment dans les pays d’Amérique latine qui ont connu la dictature militaire, puis en Afrique du Sud après l’apartheid, émerge un droit à la vérité. Ce droit est fragile tant la notion de vérité est équivoque et tant les obstacles politiques sont nombreux, mais il est fondateur pour les pratiques de justice transitionnelle.

Le «travail de vérité» appelé de ses vœux par Emmanuel Macron sur la guerre d’Algérie n’a pas toujours tenu lieu de ligne officielle. «La France n’a pas besoin de vérité. Ce qu’il faut lui donner, c’est l’espoir, la cohésion et un but», affirma De Gaulle pour justifier la censure par l’Ortf du documentaire Le Chagrin et la pitié de Marcel Ophüls sur la collaboration en France. Et quand ce n’est pas le crime lui-même qui est nié, c’est l’exigence de justice qui est sacrifiée au nom de la «paix sociale». ­L’amnistie espagnole de 1977, les quatre lois françaises ­d’amnistie sur l’Algérie passées entre 1962 et 1982, la loi angolaise de 1994, etc. Les exemples sont tellement nombreux qu’entre 1945 et 2008, sur plus de trois cents conflits, près de la moitié ont été conclus par des amnisties générales (Liban, Mozambique, Sierra Leone…) sous le prétexte qu’elles favoriseraient la coopération de l’ancienne élite avec le nouveau pouvoir ou le désarmement de la rébellion. Pourtant, à par

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Hubrecht

Membre du conseil de rédaction d'Esprit. Chargé de mission à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (Hachette, 2009). 

Dans le même numéro

Largement sous-estimée, l’œuvre de Claude Lefort porte pourtant une exigence de démocratie radicale, considère le totalitarisme comme une possibilité permanente de la modernité et élabore une politique de droits de l’homme social. Selon Justine Lacroix et Michaël Fœssel, qui coordonnent le dossier, ces aspects permettent de penser les inquiétudes démocratiques contemporaines. À lire aussi dans ce numéro : un droit à la vérité dans les sorties de conflit, Paul Virilio et l’architecture après le bunker, la religion civile en Chine, les voyages de Sergio Pitol, l’écologie de Debra Granik et le temps de l’exil selon Rithy Panh.