Dans le même numéro

Il faut défendre le pluralisme de nos sociétés

décembre 2015

#Divers

Deux sophismes, contraires et symétriques, ont marqué plusieurs des réactions aux attentats du 13 novembre 2015. Le premier consiste à dire : « Cessons de nous voiler la face : les terroristes ne sortent pas de n’importe où. Nommons l’adversaire, comme l’a justement fait Manuel Valls, en parlant de l’islamisme. » Le second en sens inverse martèle que nous nous obstinons dans l’erreur en rajoutant, par des interventions militaires, aux causes de cette violence, que nous n’avons rien à faire en Syrie, qu’il n’y a là que des coups à prendre et rien à attendre : « Laissons-les régler leurs problèmes entre eux », répètent à l’envi pacifistes et anti-impérialistes.

Les premiers nous disent : « Désormais il n’est plus possible de biaiser, de finasser. Que les belles âmes qui prétendent qu’au fond l’islam est une religion de paix se taisent. La filiation entre l’islam et l’islamisme est maintenant établie. Certes, la plupart des musulmans sont pacifiques et tolérants. Mais il est clair que ces “musulmans modérés” sont surtout modérément musulmans. Amis musulmans, encore un effort et vous viendrez à bout de cet attachement archaïque à une religion dont la violence est une composante es

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Roman

Philosophe, essayiste et éditeur   Joël Roman prône « un multiculturalisme à la française », qui reconnaisse le pluralisme social et culturel de la société française, l’empreinte durable des immigrations post-coloniales, et sache adapter le modèle républicain à la multiplicité individuelle, à la nouvelle question sociale des banlieues et à la présence établie de l’islam de France. Il place ainsi…

Dans le même numéro

A l’occasion de la Cop21, la revue Esprit se demande comment les sciences humaines élaborent de nouveaux outils conceptuels pour habiter la Terre de manière responsable. Le dossier réunit les contributions de Philippe Descola, Dale Jamieson, Pierre Charbonnier et Catherine Larrère, ainsi qu’une table ronde composée de savants et de politiques.