Dans le même numéro

Position – Refus de l'école : fausses raisons et vrai malaise

mars/avril 2014

#Divers

Le mouvement du refus de l’école qui a affecté fin janvier quelques établissements scolaires est révélateur du profond malaise de certains secteurs de l’opinion, déstabilisés dans leurs représentations traditionnelles des identités sexuées (de genre), mais aussi d’un changement d’attitude de certaines familles, notamment celles issues de l’immigration, vis-à-vis de l’école, et de convergences idéologiques surprenantes, mais qui n’en sont qu’à leurs débuts. Ce refus d’envoyer les enfants à l’école, sur la base de rumeurs infondées (on habillerait les garçons en filles et vice versa, prélude à un enseignement obligatoire de la « théorie du genre » qui prônerait une indistinction entre les sexes), a beau n’avoir touché qu’un nombre limité de parents et d’établissements scolaires, il a néanmoins suscité une intervention du ministre qui a dû démentir cette rumeur et qui a demandé aux directeurs d’établissements scolaires de convoquer les parents pour leur expliquer ce qu’il en était et pour leur rappeler l’obligation scolaire. Cette affaire va au-delà de la manipulation mensongère par des courants extrémistes où se retrouvent côte à côte des catholiques et des musulmans intégristes, habilement associés par des militants chevronnés de certains courants d’extrême droite.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Roman

Philosophe, essayiste et éditeur   Joël Roman prône « un multiculturalisme à la française », qui reconnaisse le pluralisme social et culturel de la société française, l’empreinte durable des immigrations post-coloniales, et sache adapter le modèle républicain à la multiplicité individuelle, à la nouvelle question sociale des banlieues et à la présence établie de l’islam de France. Il place ainsi…

Dans le même numéro

Obsession des valeurs, triomphe du rien

1914-2014: une histoire européenne

Religions et nihilisme: adversaires ou complices?

Entretien avec Jean-Luc Nancy