Dans le même numéro

Entre diplomatie de puissance et diplomatie des valeurs. Chantiers de politique extérieure

novembre 2007

Chantiers de politique extérieure

Traité simplifié, Darfour, Liban, Iran... : le nouveau président n’a guère attendu pour s’imposer sur la scène internationale. Même s’il met l’accent sur la défense des « valeurs », les continuités des traditions et les intérêts bien compris ne sont pas oubliés. Faut-il y voir une influence atlantique, au risque que la France affaiblisse sa propre partition à l’international ?

Il est bien sûr trop tôt pour prendre la mesure des orientations de politique étrangère de la France depuis l’élection du président Sarkozy. Trop tôt, surtout, pour juger des options de la « rupture » qui pourraient se profiler ici, comme elle est censée prévaloir en politique interne. Les contraintes propres à l’action extérieure imposent de tenir compte de cadres et de constantes difficiles à surmonter d’emblée. Néanmoins, la chaleur soudaine des relations franco-américaines, soulignées par une rencontre au sommet avec le président Bush autant que par les vacances américaines du président Sarkozy, la volonté affichée de revoir les rapports avec l’Otan dans le sens d’une plus grande intégration, la similitude des attitudes dans le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joseph Maïla

Ancien directeur de la prospective au Ministère des affaires Etrangères, il est philosophe de formation et s’intéresse à la géopolitique moyen-orientale, en particulier aux tensions confessionnelles dans la région.

Dans le même numéro

Le corps du président et ses personnages
Enfant de Neuilly, enfant de la télé
Les mises en scène de la réussite
Zèle compassionnel et promotion des victimes
"Opération Ouverture"
Immigration et identité nationale
La politique étrangère, entre valeurs et puissance