Dans le même numéro

Le Liban à la recherche d’un pacte civil

août/sept. 2006

Tout en défendant l’esprit de l’appel qui précède, l’auteur, avant la reprise du conflit, s’inquiétait à juste titre de la détérioration du climat régional (rapport avec la Syrie, violences à Gaza, guerre civile en Irak) et international (le conflit sur le nucléaire iranien) dont la conséquence est la réplique de l’armée israélienne à l’action du Hezbollah. Mais il pointait également la montée d’une rhétorique tribunitienne qui a conduit un leader chrétien, le général Aoun, à cautionner la ligne politique de l’islamisme chiite libanais.

Le texte élaboré par le « Congrès permanent pour le dialogue libanais » doit se lire comme une tentative originale de refondation de l’entente libanaise sur des bases renouvelées. À l’ancien « contrat communautaire » qui liait les parties libanaises dans leur effort de jeter les bases de l’État libanais indépendant de 1943, le Congrès propose de substituer un nouveau contrat social qui jetterait les fondations d’un « État civil ». Cette dernière expression est à entendre dans le sens d’un État qui n’aurait plus pour fondement une entente communautaire mais qui aurait été édifié sur des bases non confessionnelles et qui se serait engagé sur les voies d�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joseph Maïla

Ancien directeur de la prospective au Ministère des affaires Etrangères, il est philosophe de formation et s’intéresse à la géopolitique moyen-orientale, en particulier aux tensions confessionnelles dans la région.

Dans le même numéro

Les pouvoirs d'exeption à l'âge du terrorisme
La sécurité : paradigme d'un monde désenchanté
Le Liban en mal d'avenir