Crédits : © flickr
Dans le même numéro

Pour une République européenne

avril 2019

À partir des années 1990, l’intégration européenne et la mondialisation néo­libérale ont rendu obsolète le modèle républicain français. Incapable de se renouveler, ce modèle s’est avéré insoluble dans la construction européenne. L’adhésion à une Europe néolibérale l’emporta alors, au prix du reniement des idéaux d’égalité, de justice sociale et de service public. Résignés, les nostalgiques du modèle républicain et les déçus de l’intégration européenne se tournèrent alors vers le «souverainisme», un républicanisme dévoyé, teinté de nationalisme.

Peut-on être républicain sans être souverainiste
et pro-européen
sans être néolibéral ?

Le malaise politique français tient pour une grande part à cette crise du modèle républicain qui ne laisse plus le choix qu’entre deux modèles politiques : la coexistence des individus régulée par le droit et le marché (modèle libéral) et la communion dans une identité historico-culturelle voire ethnique (modèle national). Peut-on

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Julien Deroin

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.