Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Le malaise tchèque

juillet 2006

#Divers

« Eux et nous » : comme aux temps du communisme, les Tchèques ne se reconnaissent pas dans une classe politique arrogante, corrompue et incompétente. Mais la République tchèque est désormais une démocratie dont les citoyens ne peuvent s’exonérer de toute responsabilité dans la marche des choses. C’est ce que leur a rappelé, dans un texte fort et juste, publié à la veille des élections du 2 juin 2006, l’écrivain, dramaturge et essayiste Pavel Kohout.

La vie de Pavel Kohout (né en 1928) est un condensé de l’histoire de son pays. Communiste convaincu à ses débuts, il fut un acteur important du Printemps de Prague de 1968. Signataire de la Chartre 77, il fut déchu de sa nationalité au cours d’un voyage à l’étranger et contraint à l’exil. Il vit aujourd’hui entre Vienne et Prague et poursuit son œuvre d’écrivain – le premier tome de ses mémoires est paru l’an dernier – tout en restant l’un des observateurs les plus talentueux de la vie politique en République tchèque.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !