Dans le même numéro

Abraham Lincoln, une « certaine idée » de l'Amérique

décembre 2009

#Divers

Lincoln occupe une place à part dans l’histoire américaine, comparable pour nous au statut de Napoléon ou de De Gaulle. L’élection d’Obama a donné encore plus de relief à l’accomplissement posthume de l’oeuvre d’émancipation lancée par Lincoln. Mais l’actuelle célébration du bicentenaire de sa naissance aux États-Unis donne aussi lieu à une critique historique plus élaborée, rappelant un aperçu sur les contrastes de l’imaginaire politique américain.

La célébration du bicentenaire de la naissance d’Abraham Lincoln a pris en 2009 une dimension particulière puisque, trois semaines avant la date anniversaire, Barack Obama accédait à la présidence des États-Unis. Il est impossible de dénombrer les publications (s’ajoutant aux 16 000 déjà recensées), manifestations, colloques, expositions, consacrés au président qui eut à faire face à la guerre de Sécession et qui proclama l’émancipation des esclaves noirs. B. Obama a lui-même largement exploité les parallèles entre son parcours et celui de son prédécesseur. Leur référence commune au texte constitutionnel pour surmonter les violentes divisions qui traversent la société américaine et avancer vers « une union plus parfaite » fixe une proximité profonde du point de vue de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !