Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Les bonnes paroles de Barack Obama

décembre 2008

#Divers

L’art oratoire du nouveau président américain a étonné durant sa campagne. Sans céder aux envolées rhétoriques, il sait pourtant toucher ses auditeurs. Ses emprunts à la tradition pastorale et aux souvenirs des luttes pour les droits civiques sont manifestes mais mis au service d’une évocation plus large de l’histoire américaine. Ce qui témoigne de sa capacité à intégrer dans sa parole même le dépassement des clivages culturels, identitaires et raciaux.

L’art du langage de celui qui n’était encore il y a peu qu’un candidat en campagne a charmé ses auditeurs jusqu’à la victoire. Obama a conquis le pays par sa parole et, au soir du 4 novembre, son “Yes we can!” (« Oui, nous pouvons ») a vibré avec une telle intensité que l’homme et le moment historique se sont alors confondus dans un même souffle. La foule de Chicago et le pays démocrate tout entier ont scandé ces mots qui symbolisent à eux seuls la persuasion inédite opérée par Obama : une séduction par l’oreille. La force de cette exhortation, “Yes we can!”, Barack Obama ne la doit ni à la jeune plume talentueuse qui rédigea nombre de ses discours1, ni à la séduction facile d’un slogan fédérateur. La magie de la parole d’Obama vient d’une conjugaison subtile entre une écriture, poétique à bien des é

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !