Dans le même numéro

Le contre-pouvoir écologique

janv./févr. 2018

#Divers

L’Etat est un acteur démuni mais incontournable de la transition écologique. Pour l’aiguiller, un cabinet fantôme pourrait affirmer la transversalité des enjeux écologiques et représenter les mobilisations citoyennes.

En novembre 2017, un débat sur le Brexit et ses conséquences sur les enjeux environnementaux réunissait à Londres fondations, organisations non gouvernementales (Ong) et citoyens engagés1. Certains y agitaient l’idée d’un « Brexit vert », où le Royaume-Uni irait plus loin que l’Union européenne sur la protection de la biodiversité. Fin novembre, la décision du Conseil européen de prolonger l’autorisation du glyphosate, contre l’avis de la France, inspirait à Emmanuel Macron ce tweet : « J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées et, au plus tard, dans trois ans. »

Ces exemples illustrent le rôle que les États pourraient jouer pour accélérer la transition écologique. Un Brexit vert permettrait-il de mener des politiques plus favorables, en matière d’agro-écologie notamment ? En France, le président de la République indique vouloir aller plus loin que la réglementation

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Lucile Schmid

Haut-fonctionnaire, membre du bureau politique d’Europe Ecologie – Les Verts, membre du conseil de rédaction de la revue Esprit, Lucile Schmid s'est intéressée aux questions de discrimination, de parité et d'écologie. Elle a publié de nombreux articles pour Esprit sur la vie politique française, l'écologie et les rapports entre socialistes et écologistes. Elle a publié, avec Catherine Larrère et…

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.