Dans le même numéro

La solution chinoise ?

janv./févr. 2018

#Divers

Suite au retrait américain de l’accord de Paris, la Chine se tient aux avant-postes de la lutte contre le changement climatique en raison des dégradations de l’environnement dans le pays, des opportunités économiques liées au technologies vertes et à l’image du pays sur la scène internationale.

Le 12 décembre 2015, la Cop21 s’achevait dans la liesse par l’adoption de l’accord de Paris. Le 1er juin 2017, Donald Trump annonçait que son pays s’affranchissait des engagements pris un an et demi plus tôt dans la capitale française. Cependant, loin d’avoir provoqué le cataclysme redouté par certains, la défection américaine a surtout contribué à faire apparaître la Chine comme l’un des pays aux avant-postes de la lutte contre le changement climatique.

Défendre l’accord de Paris

Il est vrai qu’au moment où se profilait la victoire de Donald Trump, Pékin avait déjà clairement annoncé sa volonté de respecter les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris. Ainsi, en janvier 2017, lors du sommet de Davos, Xi Jinping déclare que tous les signataires de l’accord de Paris devront respecter leurs engagements. Le même mois, Xie Zhenhua, le négociateur chinois pour le climat, avance que la Chine est « capable de prendre un rôle de leader dans la lutte contre le changement climatique global1 ». Présent à Berlin le 1

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !