Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Positions : Printemps arabes : les raisons du dépit français

janvier 2012

#Divers

On sait depuis longtemps qu’une hirondelle ne fait pas le printemps ; certains découvrent, désabusés, qu’un printemps ne fait pas toujours une révolution. À lire la presse française, les « printemps arabes » ont accouché d’une souris (l’armée continue à tirer les ficelles) ou d’un monstre (les islamistes seraient les principaux bénéficiaires de la contestation), mais nullement de la démocratie réelle qu’ils promettaient. Comme les élections n’ont pas marqué la rupture que nous espérions, il n’est pas rare de lire que les Tunisiens et les Égyptiens se sont libérés d’un joug pour s’abandonner à une autre forme de despotisme.

En France, ce diagnostic fédère des opinions politiques diamétralement opposées. À l’extrême droite, on fait mine de s’effrayer de ce que l’on pense en réalité depuis longtemps : décidément, les Arabes n’aiment pas la liberté, ils en sont d’ailleurs à peine dignes. Face à la montée en puissance de l’islamisme, le seul discours politique qui a fait ses preuves souligne les dangers de l’immigration. L’extrême gauche, elle aussi, trouve dans ces événements de quoi nourrir ses préjugés : rien ne menace plus un processus révolutionnaire que la consultation du peuple. « Élection, piège à cons ! » : on sait se souvenir que mai 1968 a été enterré par la vague conservatrice de ju

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michaël Fœssel

Philosophe, il a présenté et commenté l'oeuvre de Paul Ricœur (Anthologie Paul Ricœur, avec Fabien Lamouche), a coordonné plusieurs numéros spéciaux de la revue, notamment, en mars-avril 2012, « Où en sont les philosophes ? ». Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit. Il est notamment l'auteur de L'Équivoque du monde (CNRS Éditions, 2008), de La Privation de l'intime (Seuil, 2008), État de

Dans le même numéro

Le mal-logement, au-delà de l'urgence

L'immobilier et les transformations de la finance

Pour l'habitat, revaloriser la politique urbaine